Connectez-vous

MESSE LUNDI NEUVIÈME SEMAINE DE TEMPS ORDINAIRE 2013

Vous pouvez installer notre extension du cycle liturgique sur votre site Blogger, Wordpress et Joomla.

L'Eglise catholique romaine, selon le calendrier général romain, célèbre (Lundi, 2013-06-03) ce qui suit:

  • Saints Charles Lwanga et ses compagnons, martyrs 2013:

    PREMIÈRE LECTURE DE LA MESSE

    2 Macchabées 7, 1-2. 9-14

    PSAUME RESPONSORIAL

    Psaumes de Salomon 123, 2-3. 4-5. 7b-8

    GOSPEL DE LA MESSE

    Matthieu 5, 1-12a

  • LUNDI NEUVIÈME SEMAINE DE TEMPS ORDINAIRE 2013:

    Temps Ordinaire.

    PREMIÈRE LECTURE DE LA MESSE

    Moi, Tobith, j’ai marché dans les voies de la vérité

    Tb 1, 3 ; 2, 1b- 8

    Lecture du livre de Tobie.

    Moi, Tobith, j’ai marché dans les voies de la vérité
    et j’ai fait ce qui est juste tous les jours de ma vie ;
    j’ai fait beaucoup d’aumônes à mes frères et aux gens de ma nation
    qui avaient été emmenés captifs avec moi au pays des Assyriens,
    à Ninive.
    Lors de notre fête de la Pentecôte,
    qui est la sainte fête des Semaines,
    on me prépara un bon repas
    et je m’étendis pour le prendre.
    On plaça devant moi une table
    et on me servit quantité de petits plats.
    Alors je dis à mon fils Tobie :
    « Va, mon enfant, essaie de trouver parmi nos frères déportés à Ninive
    un pauvre qui se souvienne de Dieu de tout son c0£ur ;
    amène-le pour qu’il partage mon repas.
    Moi, mon enfant, j’attendrai que tu sois de retour. »
    Tobie partit chercher un pauvre parmi nos frères.
    À son retour, il dit :
    « Père !
    - Qu’y a- t-il, mon enfant ?
    - Père, quelqu’un de notre nation a été assassiné ;
    il a été jeté sur la place publique,
    il vient d’y être étranglé. »
    Laissant là mon repas avant même d’y avoir touché,
    je me précipitai, j’enlevai de la place le cadavre
    que je déposai dans une dépendance
    en attendant le coucher du soleil pour l’enterrer.
    À mon retour, je pris un bain
    et je mangeai mon pain dans le deuil,
    en me rappelant la parole que le prophète Amos avait dite sur Béthel :
    « Vos fêtes se changeront en deuil,
    et tous vos chants en lamentation. »
    Et je me mis à pleurer.
    Puis, quand le soleil fut couché,
    je partis creuser une tombe pour enterrer le mort.
    Mes voisins se moquaient de moi :
    « N’a-t-il donc plus peur ? disaient- ils.
    On l’a déjà recherché pour le tuer à cause de cette manière d’agir,
    et il a dû s’enfuir.
    Et voilà qu’il recommence à enterrer les morts ! »

     

    - Parole du Seigneur.

    PSAUME RESPONSORIAL

    111 (112), 1-2, 3-4, 5-6

    R/ Heureux qui craint le Seigneur.ou : Alléluia ! (111, 1a)
    Heureux qui craint le Seigneur,qui aime entièrement sa volonté !Sa lignée sera puissante sur la terre ;la race des justes est bénie. Les richesses affluent dans sa maison :à jamais se maintiendra sa justice.Lumière des cœurs droits, il s’est levé dans les ténèbres,homme de justice, de tendresse et de pitié. L’homme de bien a pitié, il partage ;il mène ses affaires avec droiture.Cet homme jamais ne tombera ;toujours on fera mémoire du juste.

    Acclamation de l'Évangile

    cf. 1 P 2, 4

    Alléluia. Alléluia. Approchez-vous du Seigneur, pierre vivante, rejetée des hommes, choisie par Dieu. Alléluia.

    GOSPEL DE LA MESSE

    Parabole des vignerons homicides et du fils bien-aimé

    Mc 12, 1-12

    Évangile de Jésus Christ selon saint Marc.

    Jésus se mit à parler en paraboles aux chefs des prêtres, aux scribes et aux anciens : « Un homme planta une vigne, il l'entoura d'une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage.
    Le moment venu, il envoya son serviteur auprès des vignerons pour se faire remettre par ceux-ci ce qui lui revenait du produit de la vigne. Mais les vignerons se saisirent du serviteur, le frappèrent, et le renvoyèrent sans rien lui donner.
    De nouveau, il leur envoya un autre serviteur ; et celui-là, ils l'assommèrent et l'insultèrent.
    Il en envoya encore un autre, et celui-là, ils le tuèrent ; puis beaucoup d'autres serviteurs : ils frappèrent les uns et tuèrent les autres.
    Il lui restait encore quelqu'un : son fils bien-aimé. Il l'envoya vers eux en dernier. Il se disait : 'lls respecteront mon fils.' Mais ces vignerons-là se dirent entre eux : 'Voici l'héritier : allons-y ! tuons-le, et l'héritage va être à nous !' Ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne.
    Que fera le maître de la vigne ? Il viendra, fera périr les vignerons, et donnera la vigne à d'autres.
    N'avez-vous pas lu ce passage de l'Écriture ? La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C'est là l'œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! »

    Les chefs des Juifs cherchaient à arrêter Jésus, mais ils eurent peur de la foule. (Ils avaient bien compris que c'était pour eux qu'il avait dit cette parabole.) Ils le laissèrent donc et s'en allèrent.

Contenu mis à jour le 2012-01-10T00:00:00Z